Parchemin

Restauration de parchemins, ici, une bible du XIVe  qui a été réparée de façon intempestive, il n’y a probablement pas si longtemps que ça…. à l’aide de bandes toilées adhésives, qui débordent et couvrent le texte, gênant la lisibilité et n’offrant aucune garantie de stabilité ou de non-nocivité.

adhesif-a-eliminer-1-copie-1.JPG

La déchirure du parchemin est colmatée grossièrement.

On procède à des testes de solubilité des encres pour être sur de ne pas enlever les parties manuscrites en même temps que la toile, ce qui serait très dommageable.

adhésif éliminé-1 

L’adhésif a été ramolli avec un emplâtre de Laponit à base d’eau et de l’éthanol, puis retiré soigneusement ainsi que la bande toilée. Le parchemin est débarassé de tout résidu, soigneusement séché et remis à plat.

De simples ponts de fibres de papier japon ont été posés pour éviter que le parchemin ne travaille et consolider la déchirure.

Le texte est totalement dégagé. Le verso a été consolidé de la même façon, pour répartir les points de soudure, mais également pour des raisons esthétiques : les ponts, répartis des 2 côtés, agressent moins le regard : le parti a été prisde ne pas remettre au ton les petites fibres

verso-consolide-1.JPG

lacune-comblee-maladroitement-2.JPG

Même chose ici, on installe une pièce de japon aux dimensions de la lacune à combler, les fibres assureront le maintien et renforceront le parchemin afin d’éviter une déformation ou

une déchirure

                          .lacune comblée-papier japon-2